Ahmed-Bernard d’ALZIRE (~1140-1180)

 -  Siècle : 12e

 -  Point de départ : musulman (fils de l’émir Almanzor).

 -  Préoccupation : comment honorer Allah (Dieu) ?

 -  Porte d’entrée dans la vraie religion : l’exemple des moines cisterciens de Poblet.

L Fils de l'émir 

            L’Espagne, envahie par les Sarrasins, était alors dominée par l’Islam. Ahmed, fils d'Almanzor, émir de Carlet, reçut donc une éducation musulmane à la cour du roi de Valence.

Vers 1160, au retour d’une mission diplomatique, Ahmed passe par Poblet (près de Tarragone). Il y rencontre des moines cisterciens dans l'abbaye qu'ils ont fondée en 1151. Il admire leur chant (le chant grégorien) et il est impresionné par leur vie de prière et de pénitence. (Le grand moine cistercien saint Bernard de Clairvaux est mort tout récemment, en 1153).

Un séjour chez les moines

Ahmed veut en savoir davantage. Les moines le reçoivent pendant quelques jours. Il parle avec eux. Il supplie Dieu (qu’il appelle encore Allah) de l’éclairer sur la vraie religion : faut-il suivre le Coran de Mohamed ou l’Évangile de Jésus-Christ ?

Frappé par la sainteté et la sagesse des moines, Ahmed prolonge son séjour. Il voit de plus en plus la supériorité de l’Évangile, mais il a du mal à abandonner la religion de sa famille. Il continue à prier. Il demande à Dieu la lumière, et la force de s’y soumettre. Finalement, il décide non seulement de recevoir le baptême, mais de devenir, lui aussi, moine cistercien. Il reçoit le nom de frère Bernard, en l’honneur de Saint Bernard de Clairvaux.

Ahmed veut convertir sa famille

En 1180, Ahmed-Bernard obtient la permission de visiter sa famille musulmane, pour lui faire découvrir la vraie religion. Une de ses tantes, à Lérida, reçoit volontiers le baptême. À Valence, il est reçu par son frère ainé, qui est devenu émir à la mort de leur père (il se nomme aussi Almanzor). Il ne veut pas entendre parler de Jésus-Christ ni de son Église. Au contraire, il presse Ahmed de revenir à l’islam, et lui fait toutes sortes de promesses. En revanche, Ahmed-Bernard réussit à convaincre ses deux sœurs Zoraïde et Zaïde. Il a la joie de les baptiser de ses propres mains, et leur donne les noms de Marie et de Grâce.

Ahmed, Zoraïde et Zaïde meurent martyrs pour Jésus-Christ

Almanzor est furieux. Il décide d’appliquer le Coran, qui ordonne de tuer tous les musulmans qui se convertissent au Christ. Il condamne donc à mort son frère et ses deux sœurs.

Ahmed-Bernard est tué d’un grand clou enfoncé dans le front, le 23 août 1180. Zoraïde-Marie et Zaïde-Grâce sont décapitées d’un coup de glaive. Les corps furent enterrés sur place, à Alzire, près de Valence. Plusieurs guérisons miraculeuses ont été obtenues sur leur tombe.

 

Pour d'autres récits de conversions de Musulmans cliquez ici

Pour approfondir cliquez ici